Logo ARS


Démographie des professionnels de santé

Edité le 24 juin 2011

Une politique volontariste et pragmatique

Médecins, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes…
C’est un fait. La Haute-Normandie souffre d’un déficit chronique en professionnels de santé qui justifie le déploiement d’une politique volontariste et pragmatique pour attirer et fixer de nouvelles recrues.

La formation : un levier important

Pour 2011 et jusqu’en 2015, la Haute-Normandie va solliciter 120 places d’internat par an en médecine générale (contre 73 en 2010) et 17 postes en psychiatrie (versus 14). Commentaire de Bruno Anquetil, directeur du département Qualité et appui à la performance : «Pour les cinq ans qui viennent, cela devrait nous permettre de compenser les départs en retraite programmés dans ces deux spécialités. L’ouverture des maquettes de formation aux établissements privés, prévue dans la loi HPST, constitue aussi une perspective positive». L’effort est également soutenu pour le post-internat : l’ARS demande un renforcement du nombre de postes d’assistants spécialistes (57 contre 25 en 2010)…

Par ailleurs, les contrats d’engagement de service public s’adressant aux étudiants (D3-D4) et aux internes, initiés en 2010, sont reconduits. En contrepartie d’une bourse d’études (1 200 € brut/mois), les bénéficiaires s’engagent à s’installer, à l’issue de leurs études, sur des postes dits «prioritaires». Une cinquantaine de jeunes devraient en bénéficier sur 3 ans.

Enfin, les métiers de la rééducation, en tension dans notre région, ne sont pas oubliés : augmentation demandée du nombre de places en kinésithérapie (de 45 à 65 / 20 places supplémentaires programmées), projet de création de places de formation  d’ergothérapeutes et de psychomotriciens (2 x 20 places)…

Deux nouvelles initiatives… en ligne
  • une «Plate-forme d’appui aux professionnels de santé». Lancé le 1er juillet, ce nouveau service sera accessible à partir du site internet de l’ARS qui l’a conçu dans le cadre d’un large partenariat (Assurance maladie, Conseils de l’Ordre, URPS, Faculté de médecine-pharmacie, Région…) pour répondre aux besoins spécifiques des professionnels de santé. L’idée est de mettre à leur disposition toutes les informations utiles pour faciliter leur installation et leur exercice au quotidien, notamment en mode collectif (maison de santé pluridisciplinaire…).
    Ce nouvel outil d’aide à la décision sera, dans un premier temps, dédié aux seuls médecins. Il a vocation à s’ouvrir rapidement à toutes les professions de santé et sera régulièrement mis à jour par l’ARS.
  • un «Guide d’accompagnement pour la rédaction de protocoles de coopération professionnelle». Un guide pratique sera disponible dès septembre 2011. Il constituera une aide efficace pour les professionnels de santé désireux d’entrer dans ce dispositif. Institués par la loi HPST, ces protocoles sont des contrats permettant aux médecins de déléguer certains actes à des professionnels de santé non médicaux. Le protocole doit préciser le périmètre de l’acte dérogatoire et les modalités de mise en œuvre, notamment. Il appartient à l’ARS d’instruire la demande (légalité, opportunité, bénéfices pour le patient…), d’autoriser le protocole - sous réserve que la Haute autorité de santé (HAS) ait émis un avis favorable - et d’assurer son suivi. En Haute-Normandie, deux projets sont en attente de décision de l’HAS. «D’ici la fin de l’année, nous allons recenser l’ensemble des actes (hémodialyse, ophtalmologie, vaccination, médecine du travail…) susceptibles d’entrer dans ce cadre».

Toutes les mesures mises en œuvre pour favoriser la démographie des professionnels de santé s’appuient sur un diagnostic partagé avec l’ensemble des acteurs concernés - URPS, Conseils de l’Ordre, fédérations hospitalières (FHF, FHP, FEHAP), Région, Faculté de médecine-pharmacie, instituts de formation des professions non médicales, représentants des étudiants... - et le Comité régional de l’Observatoire national des professionnels de santé qui constitue, en l’occurrence, une vraie force de proposition.